Sursaut patriotique de soutien aux FAMa : Bronca en faveur d’un cantonnement de la Minusma…


Plusieurs organisations de la société civile et des partis politiques exigent le cantonnement de la Minusma et le non- renouvellement de son mandat. Elles demandent également aux autorités de la transition de procéder à la fermeture de la radio Mikado FM qui ne cesse d'entretenir la haine entre les différentes communautés du Mali, et faire de même pour tous les médias d'intoxication.

Les responsables de ces organisations de la société civile et des partis politiques étaient face à la presse, le samedi 9 avril, à la bourse du travail, pour un sursaut patriotique de soutien aux FAMa. Il s’agit du collectif pour la défense des militaires (CDM), du collectif pour la refondation du Mali (COREMA), de la convention pour le Mali (CPM), du Front africain pour le développement (FAD), du FUSI-Mali, de la génération solidaire du Mali (GSM), de Kaoural, du MCATT, du M5-RFP, du PPC, de la réflexion Pour 2022(RP22), de sauvons le Mali, de l’union des jeunes chrétiens pour la citoyenneté (UJCS), de la veille citoyenne 5 ans et plus, de Yèrèwolo debout sur les remparts.

Dans une déclaration lue par Sidi Soumaoro dit Ramsès, ces organisations rappellent que la guerre au Nord, qui est la suite logique de l'intervention de l'OTAN en Libye en 2011 avec ses innombrables cas de massacres, ses cortèges de déplacés et de réfugiés, n'a cessé de se métastaser sur tout le territoire de notre pays, voire le Sahel sous le regard complice de certaines puissances se disant partenaires du Mali.

Selon les responsables de ces organisations, des centaines de villages ont été décimés, des milliers de civils et militaires maliens tués et le pays occupé à plus de 2/3 par les forces terroristes et l'insécurité a gangrené tout le pays amenant l’Etat au bord du gouffre. En clair, face à ce tableau très sombre, aux yeux du peuple malien, une rupture s'imposait, estiment les organisateurs de la conférence de presse.

C'est ainsi que, selon eux, le peuple malien a décidé d'accorder tout son soutien à son armée nationale, seule institution républicaine encore crédible, et s'est vu en harmonie avec elle surtout qu'elle n'est plus à la solde d'une quelconque classe politique, organisation internationale ou puissance coloniale. Pour les auteurs de cette déclarati