top of page

SIKASSO : L’Urd se vide au profit de l’UDD


Visiblement le malheur ne quitte plus le parti de feu Soumaïla Cissé depuis l’arrivée de Gouagnon Coulibaly à sa tête. En plus des anciens barrons du parti qui l’ont fui comme une peste pour fonder le parti Espoir pour la Démocratie et la République (EDR), la série funeste des démissions continue de plus belle au sein du parti. La dernière en date a été celle de 16 secrétaires généraux communaux et leurs bases à Sikasso. Jusqu’où ira la série noire ?

Des sources bien introduites dans les sphères politiques de la région de Sikasso confirment que la majeure partie des militants de l’URD de cette localité a jugé utile de rejoindre le parti de la colombe blanche avec armes et bagages. Ces sources précisent que 16 secrétaires généraux communaux et leurs bases, en plus d’une vingtaine de conseilleurs communaux dont des maires ont démissionné de l’URD avec des Procès-Verbaux (PV) d’huissier de justice pour rejoindre l’UDD. Il nous revient clairement que ce groupe est conduit par le président de la Fédération de l’URD de Sikasso, l’honorable Thiambal Bocoum et d’autres poids lourds.

A quelques mois des élections présidentielles devant mettre fin à la Transition en cours dans notre pays, le parti de la poignée de mains, c’est-à-dire l’Union pour la République et la Démocratie (URD) dirigée par l’honorable Gouagnon Coulibaly montre des signes de difficultés dans la région de Sikasso, le plus grand bastion électoral du Mali. Plusieurs de ses poids lourds démissionnent pour rejoignent l’Union pour la Démocratie et le Développement (UDD).

Il ressort des constats de façon générale que ces derniers temps, le parti de la colombe blanche dirigé par l’ancien ministre de la Défense, M. Tiéman Hubert Coulibaly s’enracine davantage à travers le territoire national. Cela se justifie par l’adhésion des anciens députés, des élus communaux, des grandes personnalités à cette formation politique. Dans cette dynamique, l’UDD vient d’effectuer une moisson fructueuse dans le plus grand bastion électoral du Mali, c’est-à-dire la troisième circonscription administrative du pays, la capitale du Kénédougou.


Que reste-t-il de l’Urd ?

Faut-il le rappeler, depuis le décès de son président fondateur, feu Soumaïla Cissé, le parti de la poignée de mains est fortement secoué par les crises internes. Toute chose qui a poussé le premier vice-président, Pr Salikou Sanogo et ses compagnons à claquer la porte pour fonder le parti Espoir pour la Démocratie et la République (EDR). Si une crise a toujours des conséquences, apparemment celles-ci sont profitables au parti de la colombe blanche qui se renforce davantage à quelques pas des prochaines élections dans notre pays. Le temps étant le meilleur juge, les prochaines semaines nous en diront plus.

Si l’URD faisait partie des principales forces politiques de la région de Sikasso, au regard de ces saignées au profit de cette formation politique qui a pour devise Unité-Développement-Solidarité, déjà nombreux sont les acteurs politiques de la région qui voient l’UDD se positionner parmi les principales forces politiques du plus grand bastion électoral de notre pays.

D’ores et déjà, les uns et les autres pensent que pour les prochaines élections présidentielles et autres, il faut compter avec le parti de la colombe blanche. Quand même, avec ces différents ralliements et au rythme où vont les choses sur le terrain politique, ce parti occupe une bonne place sur l’échiquier politique de cette région administrative de notre pays, où les électeurs votent massivement. Ce qui est sûr et certain, l’horizon s’annonce promoteur pour cette formation politique qui se renforce à travers les nombreuses adhésions qui se succèdent les unes après les autres.

Source : La Rédaction par Seydou DIALLO

0 vue0 commentaire

Comments


corona080_ensemble.jpg
bottom of page