top of page

#Nord du Mali : La Minusma redoute la probabilité de son «départ forcé»...


Dans ce qu’elle appelle « Note aux correspondants », la Mission onusienne au Mali affirme que « les tensions accrues dans le nord du Mali augmentent la probabilité d’un départ forcé de la Mission sans pouvoir récupérer l'équipement appartenant aux pays contributeurs de troupes ou aux Nations Unies ». Lisez la note.

Les Nations Unies sont gravement préoccupées par l'intensification des tensions et une présence armée croissante dans le nord du Mali, qui risquent d’empêcher le départ ordonné et dans les délais de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), et de mettre en péril le transfert en toute sécurité du personnel des Nations Unies et des biens appartenant aux pays contributeurs de troupes et aux Nations Unies. Cette situation compromet également les opérations aériennes menées par la Mission qui protègent sa réduction et facilitent son retrait.

Les Nations Unies réaffirment leur détermination à achever le retrait de la Minusma dans le délai prévu, à savoir le 31 décembre 2023, établi par le Conseil de sécurité, suite à la demande du Mali de retirer la Mission sans délai. À cet égard, elles notent avec une profonde préoccupation que, depuis le 24 septembre, ses convois logistiques n'ont pas été autorisés à quitter la ville de Gao pour récupérer le matériel des Nations unies et des pays contributeurs de troupes actuellement à Aguelhok, Tessalit et Kidal. Cela pourrait avoir un impact important sur la capacité de la Mission à respecter le calendrier imparti.

Les tensions accrues dans le nord du Mali augmentent la probabilité d’un départ forcé de la Mission sans pouvoir récupérer l'équipement appartenant aux pays contributeurs de troupes ou aux Nations Unies. Cela entraînerait des pertes financières importantes pour les pays contributeurs de troupes et empêcherait les Nations Unies de soutenir d'autres opérations de maintien de la paix ayant besoin de cet équipement.

Les Nations Unies soulignent que toutes les parties ont l'obligation de s'abstenir de toute action ou déclaration pouvant compromettre le retrait en toute sécurité et dans les délais impartis de la Minusma. Les Nations Unies rappellent également la résolution 2690 du Conseil de sécurité qui appelle le gouvernement de transition du Mali à coopérer pleinement avec les Nations Unies afin d'assurer le retrait ordonné et en toute sécurité de la Mission, et demande au gouvernement de transition du Mali de respecter pleinement toutes les dispositions de l’Accord sur le statut des forces jusqu’au départ du dernier élément de la Minusma du Mali.

Source : Minusma

4 vues0 commentaire

Commentaires


corona080_ensemble.jpg
bottom of page