ANR : un mécanisme constitutionnel de destitution du président de la République, demandé aux ANR.


Une première présentation des conclusions des travaux des assises nationales de la refondation a eu lieu ce matin (30’12’21) au CICB. Les concertations prennent fin cet après-midi, après quatre jours d’échanges pour la phase nationale.

La réduction du nombre des partis politiques, la mise en place d’un sénat et d’une cour des comptes et l’élaboration d’un mécanisme constitutionnel de destitution du président de la République en cas de forfaiture ou de non-respect de son serment. Ce sont entre-autres recommandations présentées ce matin dans la première synthèse des assises nationales de refondation.

Les participants à ces concertations ont aussi demandé la participation des maliens établis à l’extérieur aux élections législatives. Pour les questions sécuritaires, la dissolution de toutes les milices, l’instauration du service militaire obligatoire à partir de 20 ans et le déploiement des officiers supérieurs sur le terrain font aussi partie des recommandations.

Les délégués des assises souhaitent aussi la réglementation du secteur des médias en fonction des nouveaux canaux de communication tout en préservant la liberté d’expression. Ils estiment qu’il faut redéfinir la charte culturelle en fonction de la charte de Kouroukanfouka et promouvoir le cousinage ou « Sinankouya ».

La durée de la transition ne fait pas partie des 13 thématiques de ces assises nationales de la refondation. Toutefois, elle a été au centre des discussions. De nombreux participants ont demandé d’ajouter une durée allant de six mois à cinq ans la prolongation de la transition.

Source: Studio Tamani

269 vues0 commentaire
corona080_ensemble.jpg