Zabou, Etoile des sables : un film documentaire d’Abdoulaye Ascofaré projeté au Magic Cinéma


Le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme a organisé la projection de l’avant-première du film long métrage Zabou, étoile des sables, du réalisateur Abdoulaye Ascofaré, la semaine dernière, au Magic Cinéma. C’était sous le haut patronage du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, en présence du ministre Andogoly Guindo.

Chronique d’une vie marquée essentiellement par la passion de l’aventure et l’amour de la liberté, ce documentaire se propose d’abord de raconter l’histoire d’une des premières vedettes africaines de la danse en salle et du vêtement, en l’occurrence ZeynabouArouhenna Maïga dite Zabou, ancienne sociétaire du célébrissime cabaret de Paris, le Crazy Horse Saloon, dont le nom à l’affiche, «Miss Zaboo», défraya la chronique en France au début des années 1970.

Originaire d'un petit village du Mali, mariée à treize ans, cette femme indépendante a connu une ascension sociale vertigineuse. Elle est devenue, sous le pseudonyme de Zabou, une star adulée du Crazy Horse qui côtoyait le tout-Paris.

Conçu sous le thème de la grandeur et de la décadence d’une star, le scénario s’interrogera aussi sur le parcours de la jeune femme, sa brillante et vertigineuse ascension, puis sa chute brutale, son effondrement moral et l’altération mentale qui s’en est suivie. Zabou a vécu une déchéance rapide et vivait de mendicité à Gao jusqu’à sa mort.

Abdoulaye Ascofaré, l’auteur du film, est né en 1949 à Gao. Poète, homme de théâtre et animateur de radio jusqu’en 1978, il enseigne à l’institut national des arts de Bamako. Il part ensuite pour Moscou où il obtient le diplôme de réalisateur de l’institut d’Etat de la cinématographie de l’URSS en 1984.

Réalisateur pour le centre national cinématographique du Mali, Abdoulaye Ascofaré est aussi l’auteur de plusi