Vie chère au Mali : Le ministre Mahamoud Ould Mohamed fait état des mesures

Le ministre de l’Industrie et du commerce, M. Mahmoud Ould Mohamed a rencontré la presse nationale le vendredi 10 septembre 2021 à son département. Pour évoquer les mesures fortes du gouvernement pour lutter contre la cherté de la vie qui prévaut dans le pays depuis un certain temps. A l’occasion, le ministre du commerce déclare que de part cette conférence, il tient à ‘informer les populations sur la réalité de la situation’.

Le ministre Mahamoud Ould Mohamed, avait ses côtés le président de la Chambre de Commerce et d’industrie du Mali, M. Youssouf Bathily. Après avoir situé les causes de l’ actuel cherté de la vie qui s’explique par des facteurs exogènes et endogènes en corrélation avec la crise sécuritaire et la crise sanitaire mondiale, le ministre de l’industrie et du commerce a tenu à rassurer les populations sur l’engagement gouvernemental. A ce titre, le ministre a rappelé les mesures d’atténuation apportées par le gouvernement en soutien aux populations. Il s’agit notamment de la revalorisation des salaires ; la réforme des pensions de retraite ; le financement des projets et celui des activités génératrice de revenus ; la distribution de vivre et d’aliments bétail ; le transfert monétaire aux couches les plus vulnérables. Outre ces initiatives, Monsieur Mahmoud Ould Mohamed, indique que son département a tenu plusieurs rencontres sectorielles avec les différents acteurs économiques pour amoindrir la flambée des prix. Et pour cela, son département a diligenté des négociations avec les opérateurs, de ces dispositifs, on note la détermination des prix plafonds sur certains produits notamment celui du riz, du pain, du sucre et de l’hydrocarbure, le prix du kg de la viande. Et les brigades du département du commerce, de la consommation et de la concurrence veillent au strict respect des prix dans les commerces.


Au ministre du commerce d’ajouter que le gouvernement, continuera de mener des réflexions pour apporter des réponses immédiates aux préoccupations des populations. « Les efforts de stabilisations des prix vont se poursuivre à travers un renforcement de dispositif de contrôle des prix indicatifs plafonds et la négociation avec les industriels, commerçants grossistes, les détaillants et les associations de consommateurs », a-t-il déclaré à l’occasion.

Khadydiatou SANOGO/maliweb.net