top of page

Tension entre gouvernement et ex-rebelles sur Kidal : La médiation s’active pour éviter le pire


Un passage des avions de chasse de l’Armée malienne la semaine dernière a fait monter d’un cran la tension entre le gouvernement malien et les ex-rebelles indépendantistes de Kidal. Dans ce contexte de forte tension, la médiation internationale s’active pour que le scénario de 2012 ne se répète pas.

La coordination des mouvements de l’Azawad fêté le 11e anniversaire de l’indépendance de l’Azawad, proclamée unilatéralement le 6 avril 2012. A la veille de cette commémoration, des avions de chasse de type Soukhoï et L-39 Albatros de l’aviation malienne ont survolé plusieurs villes du Nord Mali sous contrôle de la CMA y compris la ville de Kidal, bastion des ex-rebelles, signataire de l’Accord d’Alger.

Cet incident a fait monter d’un cran la tension déjà très vive depuis décembre 2022 quand la CMA s’est retiré du Comité de suivi de l’accord dénonçant une “véritable lenteur” dans la mise en œuvre de l’Accord et demandant une intervention de la médiation internationale en terrain neutre pour discuter des pistes de solution.

Dans ce climat de tension, de méfiance politique et d’incertitude sécuritaire récurrente entre la partie gouvernementale et les ex-rebelles il y a plus de questions que de réponses. Se dirige-t-on tout droit vers le scenario de 2012 ? Les conditions qui ont favorisé le scénario de 2012 sont-elles présentes en 2023 ? Les nouvelles donnent géopolitiques actuelles dans le Sahel sont-elles favorables à la configuration de 2012 ?

Depuis l’incident, la méditation internationale s’active pour éviter l’escalade et préconise le dialogue entre les deux parties et non le crépitement des armes. Pas le moindre communiqué officiel sur cette séquence explosive côté gouvernement. Selon nos informations la médiation internationale a formellement demandé à la CMA en dehors du communiqué officiel de s’abstenir de toute sortie ou déclaration médiatique pour ne pas davantage mettre d’huile sur le feu et faire capoter les pourparlers entamés par la médiation avec l’Etat malien.

Une information confirmée par l’un des porte-paroles de la CMA, Mohamed Ramadane. “On va leur donner la chance de bien mener leur démarche”, m’a-t-il confié. Pour Ibrahima Harane Diallo, journaliste-politologue, chercheur à l’Observatoire sur la prévention et la gestion des crises au Sahel le scénario 2012 pourrait, difficilement, être envisageable même si à la fois on assiste à l’émergence des signaux qui vont dans le sens de l’émergence du scénario de 2012.

“L’apparition du chef de JNIM à Ménaka en février dernier et les différents pourparlers ayant eu lieu avec des légitimités traditionnelles et le moment choisi est un élément important à prendre en compte. Il est toutefois important de noter, également, des nouvelles réalités qui sont d’actualité notamment la montée en capacité stratégique et opérationnelle de l’Armée malienne. Sur le terrain de la belligérance deux possibilités militaires sont essentielles. La liberté d’action et la capacité de concentration face à un objet militaire”, a-t-il expliqué.

Il ajoutera que le recours à la force pour résoudre les problèmes n’est pas une voie appropriée pouvant donner naissance à des résultats efficients. “Bamako doit profiter de l’évolution actuelle des rapports de force pour imposer la paix par le dialogue”, conclura-t-il.

Source : Mali Tribune par Ousmane Mahamane

2 vues0 commentaire
corona080_ensemble.jpg
bottom of page