Rafale près de la radio rurale de Ménaka : Les combattants de MSA-D à l'origine des altercations


Le 23 juillet 2022, aux environs de 8 heures, les camions servant de transport en commun sur la ligne Ménaka-Gao ont été empêchés de sortir de la ville de Ménaka en destination de Gao par le groupe armé MSA-D se disant pourtant proche du gouvernement.

Lesdits camions, obligés de rebrousser chemin, se sont retrouvés au parking (place servant de gare routière à Ménaka) où ils ont été poursuivis par un véhicule de MSA-D dont le chef de bord a eu une altercation avec les chauffeurs des camions qui manifestaient leur mécontentement.

Mécontent de cet affront, un élément dudit mouvement s'est saisi de son arme pour effectuer des tirs de sommation. Malheureusement, une dame du nom de Bouchra Walet Hata, portant un enfant sur le dos, a été grièvement atteinte par balles, et son enfant aussi blessé.

Cette situation a suscité la colère de la population déjà affectée par des tracasseries, exactions, enlèvements des personnes, assassinats ciblés et braquages à main armée avec extorsion de biens matériels et financiers attribués au groupe armé MSA-D sur les axes Ménaka-Gao et Ménaka- Anderamboukane.

Un attroupement spontané a conduit les populations civiles à s'attaquer dans un premier temps au véhicule armé qui a provoqué les blessures sur la dame Bouchra et son enfant. Ledit véhicule, pris d'assaut par les jeunes, a été contraint de « vider » les lieux.

Au cours de cette fuite, un combattant de MSA-D abandonné par les siens a été lynché. Les combattants du MSA-D se seraient retranchés au camp des déplacés abritant les communautés Daoussahak ayant fui les évènements survenus dans le passé à Anderamboukane, Inchinanene, Aguizragane, Inekar et Tamalate lors des attaques terroristes des membres de l'EIGS contre ces localités où les déplacés Daoussahaks ont été incités par les éléments de MSA-D à s'attaquer à la jeunesse en les faisant croire qu'il s'agit d'une agression des populations noires dirigée contre les communautés Daoussahak (fausse donne).

C'est ainsi qu'un groupe de jeunes Daoussahak s'est trouvé face à face contre le groupe des manifestants. Un autre élément de MSA-D aurait trouvé la mort et trois autres sérieusement tabassés. Pour le moment, aucune précision sur la vie de la dame Bouchra et son enfant car les FAMA sont intervenues et ont bouclé toute la zone qui reste pour le moment inaccessible aux civils.

A.A.H.