top of page

Pr Younouss Hamèye Dicko, à propos du coup d’Etat au Niger : « L’ATIR met en garde la CEDEAO...


Suite au coup d’Etat intervenu au Niger ayant renversé le Président Mohamed Bazoum, le 26 juillet 2023, l’Alliance pour une Transition Intelligente et Réussie (ATIR), qui a pour président Pr Younouss Hamèye Dicko, a fait une déclaration. C’est le Général Tiani qui a pris le pouvoir. Selon Pr Dicko, il s’agit d’un problème intérieur au Niger. A ses dires, l’Alliance pour une Transition Intelligente et Réussie (ATIR) demande que le Président Bazoum, sa famille, les anciennes Autorités et leurs familles, les civils nigériens soient sauvegardés, ainsi que tous les étrangers vivant au Niger y compris les Français.

« C’est moins le coup d’Etat qui nous inquiète que l’attitude hideuse de la CEDEAO. On pourrait comprendre que la CEDEAO prenne ses sanctions sauvages contre le Niger ! Mais comment peut-on même envisager qu’elle ose terroriser le peuple frère nigérien en décidant une intervention militaire en territoire nigérien pour remettre le Président déchu dans son fauteuil avec la perspective de verser le sang sacré des Nigériens ! Et qui sont ces Chefs d’Etat ? Des monstres ? Quel sang coule dans les veines de ces Présidents et quel cœur bat dans leur poitrine ? Ont-ils perdu la raison ou sont-ils sous l’influence d’un autre monstre qui les manipule ? ATIR est réellement perplexe ! », précise le doyen Dicko.

Et de s’interroger : A part le Nigéria, où sont ces armées de la CEDEAO pour aller guerroyer au Niger, tuer les populations nigériennes pour que Mohamed Bazoum retrouve son fauteuil ? Bazoum oserait-il revenir gouverner le Niger dans ces conditions ? Accepterait-il d’être apatride à ce point ? Pour lui, en dehors du Nigéria et du Ghana, d’où la CEDEAO sortira-t-elle ses troupes pour guerroyer contre les Etats sahéliens (Burkina Faso, Mali et Niger) ? Des micro-Etats francophones de la CEDEAO ? Le Nigéria et le Ghana ne sont pas si bêtes pour devenir les bras armés de la France en Afrique de l’Ouest ?

« En vérité, les Etats francophones, agents de Macron au sein de la CEDEAO, tentent de manipuler les Etats anglophones (Nigéria, Ghana…) pour faire le sale boulot pour Macron qui est en fait leur seigneur et maitre. En réalité, Emmanuel Macron est derrière toutes les intrigues et combines au sein de la CEDEAO et de l’UEMOA contre le Mali, et aujourd’hui contre le Niger ! », fait comprendre le président de l’ATIR. Selon lui, le lundi 31 juillet sur LCI, le Général Francois Chauvancy affirme que les armées du Mali et du Burkina Faso n’ont pas de valeur militaire, pour preuve que les djihadistes progressent dans leurs pays respectifs et qu’elles ne tiendront pas devant la CEDEAO organisée et offensive !

Pour lui, ce Général bavard et « parti-pris » contre la Russie et pro-ukrainien a peut-être oublié que Macron a littéralement fui du Mali devant la poussée des djihadistes, alors que les armées du Mali et du Burkina Faso continuent de remporter des victoires éclatantes contre les terroristes telle celle de Moura que ce même Macron tente de transformer en massacre de civils pour masquer son échec au Mali !

« ATIR met en garde la CEDEAO et lui demande de chasser de son esprit toute intervention militaire au Niger afin de lui éviter une cuisante humiliation. De même, Macron court vers une défaite assurée s’il ose intervenir militairement au Niger. M. Emmanuel Macron a trahi le Mali en mettant fin à Serval, force combattante, pour la remplacer par Barkhane, force néocoloniale d’occupation et, qui de surcroit, n’a obtenu aucun résultat significatif contre les terroristes qu’il a même armé contre la nation malienne ! Quel spectacle humiliant de voir, par la faute de Macron, les Français poussant des chariots avec femmes et enfants, pour fuir le Niger ! Ce Président, vrai « putschiste » qui promulgue la loi scélérate sur les retraites, sans passer par l’Assemblée Nationale de son pays, ne comprend rien à l’Afrique et au reste du monde », ajoute-t-il.

Pr Younouss Hamèye Dicko souligne qu’ATIR condamne : toute intervention, sous quelque forme que ce soit des Etats Unis d’Amérique dans les affaires intérieures du Niger ; toute intervention militaire de la France au Niger ; toute intervention militaire de la CEDEAO au Niger, ainsi que les sanctions sauvages contre le Niger. « ATIR félicite et salue les Autorités du Burkina Faso et du Mali pour leur clairvoyance et leur courage en se tenant fermement aux côtés des populations et des Autorités du Niger contre l’impérialisme et le néocolonialisme ! L’Alliance s’engage à mettre tout en œuvre pour que cette transition soit une réussite et assure le Peuple malien de sa vigilance pour la sauvegarde de ses intérêts », précise le doyen Dicko.

Source : La Rédaction par Abdallah SANOGO

0 vue0 commentaire
corona080_ensemble.jpg
bottom of page