Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron s'impose, l'extrême droite progresse, l'abstention augmente…



Avec environ 17 points d'avance sur la candidate du Rassemblement national, le président sortant a été réélu pour cinq ans.

Emmanuel Macron lors de son discours sur le Champ-de-Mars à Paris, après sa victoire au second tour de la présidentielle, le 24 avril 2022.

Cinq ans de plus. C'est la première fois depuis vingt ans (quand Jacques Chirac avait battu Jean-Marie Le Pen), qu'un président sortant est réélu. Emmanuel Macron a remporté le second tour de l'élection présidentielle, dimanche 24 avril, face à Marine Le Pen. Avec une abstention proche du record de 1969 et une candidate d'extrême droite à 41,45%, le scrutin dessine un paysage politique différent du précédent de 2017. Voici ce que l'on peut retenir de ce second tour.>>

L'abstention au plus haut depuis 50 ans

L'abstention s'établit à 28,01%, selon l'estimation d'Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, France 24, les chaînes parlementaires et Le Parisien. C'est presque deux points de plus que lors du premier tour (26,31%). C'est surtout une hausse de presque 2,8 points par rapport à 2017, où elle avait atteint 25,44%.

Depuis 2007, l'abstention aux élections présidentielles successives n'a cessé de progresser. Il faut remonter un demi-siècle en arrière pour retrouver un tel niveau. Le record pour un second tour remonte à 1969, quand 31,15% des électeurs ne s'étaient pas rendus aux urnes, lors de la victoire de Georges Pompidou face à Alain Poher.

Si ce taux d'abstention est élevé, l'élection présidentielle mobilise toutefois davantage que les autres scrutins. En 2021, dans un contexte de crise sanitaire, le second tour des élections régionales avait vu l'abstention atteindre 65,31%, soit près de deux électeurs sur trois.

Réélu, Emmanuel Macron promet une "méthode refondée" pour être "le président de tous"

Emmanuel Macron a été élu pour un second mandat avec 58,55% des voix, selon les résultats définitifs publiés par le ministère de l'Intérieur, avec environ 17 points d'avance sur Marine Le Pen. Le président sortant fait moins bien qu'il y a cinq ans, quand il avait totalisé 66,1% des suffrages. Il peut néanmoins se targuer d'avoir été reconduit hors période de cohabitation, contrairement à François Mitterrand (réélu en 1988) et Jacques Chirac (réélu en 2002). Une prouesse que le général de Gaulle avait réussie en 1965 (mais sa première élection en 1958 n'avait pas été le fruit du suffrage universel direct).

Arrivé à pied avec Brigitte Macron et une dizaine d'enfants sur le Champ-de-Mars, où il avait donné rendez-vous à ses soutiens, le président de la République a d'abord remercié ses électeurs. "Je veux remercier l'ensemble des Françaises et des Français qui, au premier puis au deuxième tour, m'ont accordé leur confiance afin de faire advenir notre projet pour une France plus indépendante, une Europe plus forte."

Il s'est aussi adressé aux électeurs qui ont voté pour lui sans adhérer à son projet. "Je sais aussi que nombre de nos compatriotes ont voté ce jour pour moi non pour soutenir les idées que je porte mais pour faire barrage à celles de l'extrême droite. Et je veux ici les remercier et leur dire que j'ai conscience que ce vote m'oblige pour les années à venir", a poursuivi le chef de l'Etat.

Emmanuel Macron a eu quelques mots pour les électeurs de Marine Le Pen. "Je sais que pour nombre de nos compatriotes, qui ont choisi aujourd'hui l'extrême droite, la colère et les désaccords qui les ont conduits à voter pour ce projet, doivent aussi trouver une réponse. Ce sera ma responsabilité et celle de ceux qui m'entourent", a-t-il déclaré.

"Dès à présent, je ne suis plus le candidat d'un camp mais le président de tous."

Emmanuel Macron



"Cette ère nouvelle ne sera pas la continuité du quinquennat qui s'achève mais l'invention collective d'une méthode refondée pour cinq années de mieux au service de notre pays, de notre jeunesse", a assuré le président réélu.

Marine Le Pen battue pour la troisième fois

Marine Le Pen a rassemblé 41,45% des suffrages lors du second tour. La candidate du Rassemblement national a admis sa défaite quelques minutes après l'annonce des résultats, depuis le pavillon d'Armenonville, dans le bois de Boulogne. Elle s'est quand même félicitée du score obtenu, le plus haut pour un candidat d'extrême droite au second tour sous la Ve République. Elle progresse de 7,55 points par rapport à 2017 (33,9%), selon l'estimation d'Ipsos-Sopra Steria. Son père Jean-Marie Le Pen avait obtenu 17,79% en 2002 face à Jacques Chirac, l