Nucléaire, éolien et solaire : quel sera le visage de la France en 2050 ?


Nicolas Goldberg, expert chez Colombus Consulting, analyse le vaste rapport de RTE publié en début de semaine sur l’avenir du système électrique français.


Le rapport était attendu par tous les observateurs de la politique énergétique française. Commandé par le gouvernement à RTE, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité filiale d’EDF, « Futurs énergétiques 2050 » est une somme considérable, saluée par tous les experts. Au long de quelque 600 pages, le rapport évalue six scénarios comportant une part variable d’énergies renouvelables et de nucléaire, qui dans trente ans pourraient constituer le « mix énergétique » du pays.

Tout y passe, de l’empreinte carbone au besoin de financement en passant par le réseau électrique lié à chaque énergie. Presque tout le monde y trouve son compte. Les pro-nucléaire saluent la place accordée par RTE à l’atome (sauf dans le scénario 100 % renouvelables), les pro-énergies « vertes » applaudissent à l’inventivité du rapport, qui admet comme possible une France électrifiée pour l’essentiel par le vent, l’eau et le soleil. Nicolas Goldberg, consultant expert en