Lutte contre la corruption, Le ministre Kassogué dévoile les missions du nouveau Pôle économique


Pour la deuxième fois, le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Mamoudou Kassogué, répondait aux questions des journalistes à l’occasion d’une journée d’échanges, mardi dernier, à la Maison de la presse.

Les discussions portaient essentiellement sur « l’institution du Pôle national économique et financier », la dernière-née des institutions judiciaires de lutte contre la corruption et la délinquance économique et financière.

« Cette nouvelle institution remplace les trois pôles économiques et financiers de Kayes, de Mopti et de Bamako, et se caractérise par l’élargissement de la compétence-matière, la prise en charge de toute la chaîne de traitement des infractions économiques et financières, à savoir, la poursuite, l’instruction et le jugement, la spécialisation des animateurs et la mise en place d’une batterie de mesures conservatoires, notamment les saisies des biens appartenant aux personnes poursuivies pour garantir l’efficacité des procédures », a expliqué le ministre Kassogué.

Il a précisé que c’est pour le renforcement de la lutte contre la corruption et la délinquance financière décidée par les autorités de la Transition qu’il a été créé un nouveau Pôle économique et financier unique qui a une compétence nationale, et qui est dirigé par un procureur de la République spécialisé dans les affaires de corruption et de délinquance économique et financière.

« Les saisies conservatoires qui peuvent être pratiquées sur les biens des personnes poursuivies à hauteur des montants reprochés, et cela, depuis l’enquête préliminaire, constituent une innovation majeure car, jusqu’ici les saisies de biens ne pouvaient porter que sur les biens ayant été utilisés pour commettre l’infraction ou sur les produits directs tirés de l’infraction », indiquait Mamoudou Kassogué.