top of page

Le Président de la transition, le Colonel Assimi Goita élu président de l’AES : « L’AES est d’abord et avant tout, celle des peuples … »


Le Samedi 6 juillet, s’est tenu à Niamey, la Capitale nigérienne, le premier sommet des Chefs d’Etat de l’Alliance des Etats du Sahel (AES). A l’issue de ce sommet important pour le futur des peuples de l’AES, plusieurs grandes résolutions ont été prises et aussi un règlement intérieur a été défini pour la bonne marche des choses au sein de cette nouvelle confédération. Elu par ses pairs à la tête de cette nouvelle confédération des Etats du Sahel, le Président Goïta a donné l’assurance que cette : « AES sera celle des peuples ».


Mise sur les fonts baptismaux le 16 septembre 2023 à Bamako dans la capitale malienne, l’Alliance des Etats du Sahel (AES) réunit trois pays de l’Afrique de l’Ouest, à savoir le Mali, le Burkina Faso et le Niger. Se fixant comme objectif principal, la défense collective des populations respectives de ces Etats, les Chefs d’Etat des pays de l’AES entendent redynamiser leurs forces pour combattre ensemble le terrorisme, l’impérialisme et développer leurs pays en rompant avec le système de l’héritage colonial.  A cet effet, ce 1er sommet des Chefs d’Etat de Niamey était une étape importante pour la concrétisation des idéaux rêvés par les décideurs actuels de ces trois pays pour libérer leur peuple du joug du néocolonialisme voulu par la France et facilité par la CEDEAO dans le Sahel.



Ce qui a été décidé à Niamey par les trois Chefs d’Etat


Sur le contexte géopolitique, les Chefs d’Etat de l’AES ont rappelé la lourde responsabilité de la CEDEAO dans l’effritement des valeurs de fraternité, de solidarité et de coopération entre les Etats et les peuples concernés. Ils ont souligné, à cet égard, l’impact néfaste des sanctions illégales, illégitimes et inhumaines et des menaces d’agression contre un Etat souverain. Et de saluer la résilience des populations des trois pays de l’AES qui a été déterminante dans la levée des sanctions prises par l’UEMOA sur instigation de la CEDEAO. Par ailleurs, ils se sont félicités de leur retrait irrévocable et sans délai de la CEDEAO.



Cependant, sur la situation sécuritaire dans l’AES, les Chefs d’Etat ont fait le point des attaques terroristes perpétrées dans les trois pays par des terroristes instrumentalisés et téléguidés. Et d’exprimer leur compassion aux victimes des actes terroristes ainsi qu’à leurs familles. Sans manquer d’adresser leurs félicitations et exprimer leurs encouragements aux forces de défense et de sécurité de ces trois Etats pour leur professionnalisme, leur engagement exemplaire. Ils ont exprimé leur satisfaction au regard des succès enregistrés grâce à la mutualisation des moyens de leurs Etats dans la lutte contre le terrorisme. De ce fait, ils ont réaffirmé leur détermination à combattre et à éradiquer ensemble le terrorisme sous toutes ses formes et la criminalité en bande organisée dans l’espace de l’Alliance.



En ce qui concerne, l’opérationnalisation de la Confédération de l’AES, ils se sont réjouis des résultats obtenus grâce à la synergie d’actions entre leurs Etats dans la lutte contre le terrorisme dans l’espace de l’Alliance. Et de se féliciter de la mise en place d’une force conjointe des Etats du Sahel. Cette force a pour mission de mettre en œuvre un plan à caractère trilatéral permanent de lutte contre les armées terroristes.



Et sur des questions politiques ; ils ont souligné la nécessité d’une coordination de l’action diplomatique ainsi que l’importance d’une seule voix.



Il faut noter aussi que des décisions qui ont été prises sur le plan de développement. En ce sens, ils ont souligné la nécessité de mettre en œuvre des projets structurants et intégrateurs dans les secteurs stratégiques comme l’agriculture et la sécurité alimentaire, l’eau et environnement, l’Energie et les mines, les échanges commerciaux et la transformation industrielle etc. Ils ont décidé de la création d’une Banque d’investissement et de la mise en place d’un Fonds de stabilisation.



Ce premier sommet des Chefs d’Etat de l’AES a été l’occasion pour les Présidents Goïta, Tiani et Traoré de montrer combien leurs peuples respectifs adhèrent à l’idée de création de cette alliance. Ces résolutions prises par eux, confirment leur volonté manifeste de rompre définitivement avec la CEDEAO sur tous les plans.



A l’issue de ce sommet, le Président de la Transition du Mali, le Colonel Assimi Goita, a été élu Président de l’AES par ses pairs pour un an. Tel définit par le règlement intérieur de l’AES, la présidence sera tournante.



Dans son allocution, brillamment ovationnée, le nouveau Président de la confédération de l’AES, Colonel Assimi Goïta après avoir salué la qualité de l’accueil du peuple nigérien a souligné quelques actions salutaires de cette alliance sur le plan sécuritaire et humanitaire. Avant d’évoquer la garantie de la libre circulation des personnes et de leurs biens au sein de cet espace commun. « L’AES que nous sommes en train de mettre en place est d’abord et avant tout, l’AES des peuples. Une AES dans laquelle les Burkinabé et les Nigériens seront chez eux au Mali et inversement. », a déclaré le Président Goïta.



Adama Tounkara


Source : Le Sursaut


6 vues0 commentaire

Comments


corona080_ensemble.jpg
bottom of page