La Russie souhaite soutenir les pays du Sahel mais “la France joue à écarter ses concurrents”


Le chef de la diplomatie russe a annoncé au sortir d’un entretien avec son homologue tchadien que Moscou continuera à soutenir le G5 Sahel dans la lutte contre le terrorisme, en fournissant des armes et en formant des soldats. Une démarche vue d’un mauvais œil par Paris qui considère “la région comme sa zone d’influence”.

Moscou est déterminé à accompagner les pays du Sahel dans leur lutte contre le terrorisme. Au cours d’une conférence de presse tenue à Moscou le 7 décembre, entre Cherif Mahamat Zene, le ministre tchadien des Affaires étrangères, – dont le déplacement visait à examiner les questions liées aux relations russo-tchadiennes, – et le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, celui-ci a déclaré que Moscou continuera de soutenir le groupe du G5 Sahel (Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad et Mauritanie) en fournissant des armes, des équipements et une formation de Casques bleus.

“Dans ce combat contre la grande criminalité et le terrorisme dans cette région, la Russie apporte son expertise et sa technologie. Mais elle peut aussi constituer un obstacle au déploiement des agendas cachés de ses concurrents ou adversaires “, souligne d’emblée pour Sputnik joseph Vincent Ntuda Ebode, directeur du Centre de recherches d’études politiques et stratégiques de l’Université de Yaoundé II.

<