Dans un audio qui a fait le buzz sur la toile : Choguel se lâche


L’enregistrement a-t-il été fait à l’insu de Choguel Maïga ? Cela doit être évident, car les propos ne sont pas ceux qu’un responsable doit laisser entendre du grand public. Les faits remontent à 2020, après la chute d’IBK. Et pendant que Choguel était en errance, mais tête de proue du M5 RFP, l’Imam Dicko étant retourné dans sa mosquée. Du moins ce que les causeries laissent croire, parlant de Dicko, qui ne cherchait pas la chute d’IBK, mais du Premier ministre Boubou Cissé. Le conteur Choguel dans cet audio, n’était pas encore Premier ministre. Quelques morceaux de ce que dit l’audio de 13 minutes :

Soumeylou Boubeye jeté comme un citron pressé …

Après le coup d’Etat de 2012, Soumeylou s’est mis à la disposition des Sanogo, qui l’ont utilisé et l’ont jeté comme un citron pressé. Ils lui avaient promis le poste de Premier ministre et il leur a ouvert toutes les portes et divulgué tous les secrets. Quand ils ont fini de l’utiliser, ils l’ont jeté.

… L’ambassadeur de France chanté par Sanogo …

Les Français ont voulu faire à Sanogo, ce qu’ils ont fait à Moussa Dadis Camara en Guinée, en lui envoyant des agents secrets pour l’assassiner. Sanogo les a attrapés, filmés, menacés et ils ont tout avoué. Ils ont donné les détails comment ils allaient l’éliminer. Il a appelé l’ambassadeur de France de venir les chercher, qui les a conduit directement à l’aéroport. Sanogo a menacé de diffuser ces films si l’Ambassadeur de France ose parler.

… On ne pouvait pas juger Sanogo …

IBK est allé se mettre à genoux pour prier Sanogo, afin qu’il lui donne le pouvoir. Tous les hommes politiques qui ont défilé dans le bureau de Sanogo, étaient filmés. Ils ont donné des sacs d’argent à IBK, qui était avec son fils. Ils ont mis ces sacs dans son coffre…

Les Français, les IBK et Soumeylou, tout le monde voulait l’éliminer pour avoir la paix. C’est pourquoi on est allé sortir l’affaire des bérets rouges… On ne peut pas le juger, les dossiers peuvent compromettre beaucoup de gens que vous voyez. Le juge en question avait son bureau contigu à celui de Sanogo, dont il était le conseiller juridique, à Kati. Ils ont tous défilé à Kati chez Sanogo et il a tout filmé, on ne peut pas le juger. Beaucoup d’acteurs ne voulaient plus le voir sur la scène…

Source: Lerepublicainmali

9 vues0 commentaire
corona080_ensemble.jpg