Cyclisme/Dopage mécanique: Des « images qui interrogent »


De l’aveu même d’Amina Lanaya, directrice générale de l’UCI, certains coureurs pourraient bel et bien avoir recours à du dopage mécanique.


Le dopage mécanique semble pour l’heure tenir du fantasme. Si de nombreux coureurs ont été pointés du doigt dans un passé récent, parmi lesquels Lance Armstrong, Christopher Froome ou Fabian Cancellara, et si la faisabilité technique de systèmes permettant le recours à un moteur n’est plus à prouver, un seul cas de dopage mécanique a été avéré, celui de Femke Van den Driessche, jeune spécialiste belge de cyclo-cross pris par la patrouille en janvier 1996.

Mais malgré l’absence d’autres cas, certains considèrent qu’il serait illusoire de croire que le dopage mécanique n’a pas cours dans le peloton. C’est l’avis d’Amina Lanaya, directrice générale de l’Union Cycliste Internationale. « Le tricheur, il essaiera de frauder par tous les moyens donc la recherche technologique est aussi une priorité, a-t-elle confié, se montrant néanmoins rassurante quant aux moyens moins mis par l’UCI dans la lutte contre ce dopage technologique: « Ces dernières années, l’UCI a beaucoup investi notamment dans les tablettes à rayons X nettement plus performantes. Mais sachez qu’on travaille sur un système de traqueurs qui seraient posés sur tous les vélos et qui renseigneraient les commissaires en cas d’évènement suspect. »

« Vraiment, nous sommes très attentifs à ce qui se dit et à certaines images qui, nous aussi, nous interrogent », a-t-elle renchéri, laissant transparaître ses doutes. Et compte tenu du passé sulfureux du cyclisme, l’UCI n’a pas le droit à l’erreur. « On doit faire mieux que les autres à cause de notre réputation. L’immense majorité du peloton est claire mais on ne se voile pas la face. Ce qu’on veut, c’est faire peur aux tricheurs, a-t-elle encore ajouté. Plus ils sauront que l’UCI est derrière eux et n’a pas peur d’un scandale, qui serait certes une catastrophe mais qui ne serait pas caché. Si cela doit toucher un Top 5 mondial, tant pis. La protection de notre sport passe par là. »

Source : Sports.fr par François Kulawik

13 vues0 commentaire
corona080_ensemble.jpg