CNPM : Soya Golfa prend la tête d’une administration provisoire de 16 membres


Après 18 mois de crise, le Conseil national du patronat du Mali (Cnpm) retrouve toute sa sérénité. Soya Golfa, à la tête d’une administration provisoire de 16 membres, s’installe. Avec pour mission de rassembler davantage, d’assurer la cohésion entre les membres du Cnpm, d’assurer la continuité même de l’existence du patronat et de préparer les meilleures conditions d’organisation d’une nouvelle élection dans un délai de 3 à 6 mois dans un climat apaisé.

La présentation et la validation de l’accord de sortie de crise des 16 membres de l’administration provisoire et des résolutions ont été faites lors d’une assemblée générale extraordinaire, tenue le samedi 2 avril, dans la salle de conférence du Cnpm.

La cérémonie d’ouverture de cette assemblée générale extraordinaire a été présidée par le chef de cabinet du ministre de l’Economie et de Finances, Bourama Touré, en présence du président de l’administration provisoire du Cnpm, Soya Golfa, de Mamadou Sinsy Coulibaly et de Diadié dit Amadou Sangaré.

Le 1er vice-président de l’administration provisoire, Boubacar Diallo, a, dans son discours, rappelé que la justice, à travers plusieurs arrêts, a montré les limites des acteurs de la crise et ont failli dans la façon dont les élections de 2020 ont été organisées entachant par la même occasion leur propre crédibilité et il fallait faire un choix.

À l’en croire, face au risque d’éclatement des regroupements professionnels et au risque de voir le patronat disparaître, le temps de la justice n’étant pas celui des hommes, ils ont fait le choix de l’inclusion, en considérant que cette crise est désormais dernière eux,et en ne reconnaissant plus le résultat d’aucune des deux élections.

C’est ainsi que, dira Boubacar Diallo, après la mise en place d’une première administration provisoire le 8 février 2022 -celle-ci ayant été jugée déséquilibrée-, une administration provisoire recomposée de 16 membres à parité égale a été mise en place le 30 mars 2022, suite à un accord de sortie de crise et à des résolutions qui ont été soumises à la validation lors de cette assemblée générale extraordinaire.

Il a salué le leadership de Diadié dit Amadou Sangaré et celui de Mamadou Sinsy Coulibaly par leur présence physique à cette assemblée générale extraordinaire et pour avoir aussi non seulement permis la mise en place de cette administration provisoire,mais aussi de l’avoir accompagnée afin qu’elle puisse se présenter devant les délégués venus de Bamako et de l’intérieur pour être validée.

Aux dires du 1er vice-président, cette administration provisoire aura pour mission de rassembler davantage, d’assurer la cohésion entre les membres du Cnpm, d’assurer la continuité même de l’existence du patronat et de préparer les meilleures conditions d’organisation d’une nouvelle élection dans un délai de 3 à 6 mois dans un climat apaisé.

Il a également indiqué que l’administration provisoire se propose de faire la relecture de certains articles des textes du Cnpm et de faire organiser les élections par une structure indépendante pour éviter qu’elle ne soit à l’origine d’une nouvelle crise.

«Vous avez été des délégués issus des 30 groupements professionnels et des conseillers professionnels des régions à avoir été impliqués dans la crise qu’a connue le Cnpm en 2020», a déclaré Boubacar Diallo. Il a saisi l’occasion pour demander au nom de tous les groupements professionnels et les conseillers patronaux des régions le retrait de toutes les plaintes et des procédures judiciaires en cours et a remercié les plus hautes autorités.

«Mamadou Sinsy Coulibaly et Amadou Diadié Sangaré sont mes frères. Ce qui s’est passé est un accident de parcours. Ça peut arriver à tout le monde. C’est le fait de Dieu. C’est Dieu qui a décidé aussi la fin de cette crise», a déclaré le président de l’administration provisoire, Soya Golfa. Il a remercié tous les délégués présents à cette assemblée générale extraordinaire pour avoir effectué le déplacement. Tout en appelant à la cohésion sociale de tous les acteurs du secteur privé.

Source : Le Reporter par Diango COULIBALY

10 vues0 commentaire
corona080_ensemble.jpg