Choguel K. Maïga au CNT : Avec 33,87% de réalisation du PAG des membres van-debout contre le bilan


Le jeudi 21 avril 2022, le Premier ministre, Dr. Choguel Kokalla Maïga était interpellé au Conseil national de transition (CNT) pour donner des détails sur la mise en œuvre du Plan d’Action du Gouvernement (PAG). Au cours de cette session de question d’actualité, les membres du CNT ont dénoncé des lenteurs dans la mise en œuvre du PAG. «Sur 8 actions liées à la mise en œuvre des réformes politiques et institutionnelles, seule la tenue des Assises Nationales de la Refondation (ANR) est actée. La lenteur dans la mise en œuvre des autres actions suscite des questionnements. Sur l’organisation des élections générales crédibles, transparentes et inclusives devant conduire le pays à l’ordre constitutionnel, d’énormes actions sont en retard. Le rapport de suivi-évaluation du PAG 2021-2022 pour la période septembre à novembre 2021 atteste que sur 62 actions prévues : 21 ont été totalement réalisées, soit 33,87%», relate le rapporteur de la Commission des Lois Constitutionnelles, de la Législation, de la Justice, des Droits de l’Homme et des Institutions de la République du CNT, Me Boubacar N. Diallo. Le PM, Choguel K. Maïga, de son coté, a fait savoir que la lutte contre la corruption continue. Selon lui, la montée en puissance de l’armée malienne fait l’unanimité.

Les travaux de cette séance de question d’actualité étaient présidés par le Président du CNT, Malick Diaw, en présence des autres membres du CNT, du Premier ministre, Dr. Choguel K. Maïga et son gouvernement. D’entrée de jeu, le rapporteur de la Commission des Lois Constitutionnelles, de la Législation, de la Justice, des Droits de l’Homme et des Institutions de la République du CNT, Me Boubacar N. Diallo a mis l’accent sur les 4 axes (sécurité, réformes, élections, gouvernance) du PAG du PM. A l’entendre parler, à part le premier axe (sécurité), des efforts restent à faire dans les autres axes. « Tout en félicitant la montée en puissance de l’armée, le pays continue toujours de faire face à une insécurité grandissante et à toutes les formes de menaces, notamment le terrorisme, les violences communautaires, le banditisme et les trafics transfrontaliers.

Malgré les résultats de l’armée sur le terrain et les nouvelles acquisitions d’équipements militaires, des questions subsistent sur : Le renforcement du maillage sécuritaire du territoire ; L’accélération du processus de Désarmement, de Démobilisation et de Réinsertion/ Intégration (DDR/I) des ex-combattants dans le nord du pays ; Le désarmement, la dissolution et le recrutement spécial des groupes d’auto-défense ; Le retour effectif de l’administration dans les zones affectées.