Au Sénégal, la redoutable bataille pour la mairie de Dakar


Le combat est particulièrement rude dans la capitale, qui concentre plus de 20 % des 17 millions de Sénégalais et représente souvent un marchepied pour la présidence.


De grandes affiches marron, vertes, bleues ou violettes aux effigies des candidats à la mairie de Dakar décorent les rues de la capitale du Sénégal. Tous les jours, jusque tard dans la nuit, des caravanes arpentent les différents quartiers. Les militants sifflent, tapent des mains, distribuent des prospectus aux passants. Les sonos crachent de la musique saturée. Difficile d’ignorer que les électeurs sénégalais sont appelés aux urnes dimanche 23 janvier pour élire leurs maires.

Ce scrutin local – initialement prévu en novembre 2019 mais reporté plusieurs fois – prend un relief particulier en ouverture d’un calendrier électoral chargé. Outre les municipales (couplées aux départementales), les Sénégalais devraient choisir leurs députés à l’été 2022 avant la présidentielle au début de 2024.


Le rendez-vous de dimanche est aussi le premier test électoral pour le président Macky Sall depuis sa réélection en février 2019 alors que plane toujours le doute sur son éventuelle candidature