Au Burkina Faso, deux manifestations interdites à Ouagadougou


Les rassemblements, l’un contre les violences et l’autre en soutien au Mali, n’ont pas été autorisés pour des « raisons de sécurité » a précisé la mairie de la capitale.


Deux manifestations prévues samedi 22 janvier au Burkina Faso, l’une en soutien au Mali, l’autre contre l’insécurité dans ce pays frappé par les violences djihadistes, ont été interdites jeudi par la mairie de Ouagadougou, où un précédent rassemblement interdit en novembre 2021 avait donné lieu à des violences.

La manifestation contre « l’incapacité » du pouvoir à empêcher les attaques djihadistes, à l’appel du mouvement de la société civile Sauvons le Burkina, a été interdite pour des « raisons de sécurité », indique dans un courrier le secrétaire général de la mairie de Ouagadougou, Christian Charles Rouamba.

Sauvons le Burkina avait été à l’origine, le 27 novembre 2021, d’une précédente manifestation, également interdite, qui avait fait une dizaine de blessés dans des heurts entre manifestants et forces de l’ordre.