Affiches publicitaires : le GPAC met fin à l’anarchie dans le secteur


Le Groupement des professionnels des agences de communication et partenaires ont décidé de mettre de l’ordre dansles affiches publicitaires à Bamako, Kati et Kalaban-Coro. La cérémonie de lancement de la commission d’autorisation des implantations des dispositifs publicitaires a lieu le mardi 12 octobre, et était présidée par le ministre de la Communication, de l’économie numérique et de la modernisation de l’administration.

Sidi Dagnoko, le président du Groupement des professionnels des agences de communication (GPAC), non moins manager de l’agence Spirit, a rappelé l’exigence pour les professionnels de la communication d’avoir un cadre réglementaire pour les affiches publicitaires qui sont anarchiquement implantées, provoquant des accidents meurtriers pour les usagers des voies publiques.

«Dorénavant, il ne sera plus possible de faire de la publicité dans l’informel. Il faudra désormais le faire avec un siège et un registre de commerce, avec un NIF, des employés déclarés, en payant des cotisations sociales, tout en remplissant toutes les conditions, en ayant toutes les compétences et en payant tous les impôts», a déclaré le président du GPAC.

«Il a fallu prendre des initiatives courageuses pour mettre fin au désordre qui régnait avec les autorisations d’affichages publicitaires délivrées tantôt dans les mairies, par l’AMRTP et parfois par le département…

La régulation de l’affichage publicitaire et la signature d’une convention entre le GPAC et les collectivités, sous l’égide du département de la communication, de l’économie numérique et la modernisation de l’administration, sont l’expression de cette volonté d’assainir le secteur en réglementant le processus», a laissé Sidi Dagnoko, président du GPAC.

Le ministre de la Communication, Me Harouna Toureh, a tenu à remercier les efforts du partenariat gagnant entre le GPAC et les différentes communes urbaines de Bamako suite à la signature d’une convention, le 9 janvier 2020, sous la conduite du ministère en charge de la communication. «…Mon département et le GPAC avaient initié une réflexion devant abouti à la mise en place d’un cadre juridique approprié permettant de mettre fin au désordre en garantissant aux professionnels ainsi qu’aux bénéficiaires un cadre de travail sain. Ce qui permettrait à chacun d’avoir dans son cadre de travail ce qu’il mérite», a rappelé le ministre de la Communication.

Le ministre Toureh a aussi rassuré les professionnels des agences de publicité de l’accompagnement de son département. Il a également réaffirmé que les dispositions prises seront respectées par les autorités en charge du secteur, tout en exhortant les acteurs du GPAC à tirer toutes les conséquences des mesures réglementaires.

Source/Le Reporter par Gabriel TIENOU

2 vues0 commentaire
corona080_ensemble.jpg