Affaire Wagner : le Gouvernement dément les « allégations » de la France & Co et exige des preuves


La France, le Canada et d’autres pays européens accusent le gouvernement d’avoir accepté le déploiement des mercenaires russes de la société privée Wagner. Ces accusations sont portées dans un Communiqué conjoint, en date du 23 décembre. La réaction du gouvernement tombe vingt-quatre heures plus tard.

Selon le Colonel Abdoulaye Maïga, ministre porte-parole du gouvernement, c’est par les réseaux sociaux que les autorités maliennes ont vu un « communiqué conjoint relatif au prétendu déploiement des éléments d’une société de sécurité privée au Mali ». Le gouvernement dit « regretter la teneur » dudit communiqué.

Démenti formel et preuves

Il intervient, selon le porte-parole du gouvernement, à un moment où le Mali déploie d’énormes efforts au quotidien pour relever les défis multiformes auxquels le pays est confronté. Le gouvernement apporte un « démenti formel à ces allégations sans fondement ». Aussi, le gouvernement exige que des preuves de ce déploiement lui soient apportées par des sources indépendantes.

Selon le gouvernement, des formateurs russes sont présents au Mali dans le cadre du renforcement des capacités opérationnelles des militaires maliens. Ces formateurs sont au Mali, selon le communiqué du gouvernement, au même titre que la Mission Européenne de Formation (EUTM). Mieux, avec la Russie, un « partenaire historique », le gouvernement malien affirme être dans un partenariat d’Etat à Etat.

Aux signataires du Communiqué conjoint, le gouvernement malien leur demande de le « juger sur des actes » plutôt que sur des rumeurs. Le gouvernement du Mali rappelle à tous ses partenaires le respect de sa souveraineté et pour une stabilité durable au seul bénéfice des populations maliennes.

Source : Maliweb