Affaire de mercenaires ivoiriens interpellés à Bamako : Le gouvernement de ADO démenti par les faits


Dans le différend qui oppose Bamako et Abidjan sur l’affaire des 49 militaires ivoiriens, qualifiés de mercenaires par les Autorités maliennes après leur interpellation sur un contrôle de routine à leur descente d’avion à l’aéroport international Modibo Kéïta, il semble que le président Alassane Dramane Ouattara ait été abandonné en plein par ses partenaires internationaux. En tout cas, c’est le scénario qui semble se dessiner. Selon des sources non encore officielles, les Nations Unies auraient décliné leur responsabilité dans le déploiement de ces 49 militaires ivoiriens au Mali. Les sources de préciser que les diplomates onusiens auraient laissé entendre que le type d’armes de guerre saisies sur les interpellés ne sont pas outils conseillers par l’ONU aux soldats de la paix. Les Allemands aussi, au nom desquels ces militaires seraient désignés pour assurer la protection de leurs équipements à Bamako aussi auraient démenti l’utilisation de ces hommes sur sa plateforme logistique à l’aéroport Modibo Kéïta à Sénou. Si ces informations se confirmaient, Alassane Dramane Ouattara nagerait tout seul dans cette affaire ténébreuse. Quand bien même que l’hypothèse de la main invisible de Paris dans cette opération de déstabilisation n’est pas à négliger. Mais, puisse que c’est une opération risquée, la France ne va jamais transparaitre dans ces genres d’initiative. Si ce n’est elle-même qui aurait monté l’opération. Mais, avec le démantèlement du système mettant en mal toute la stratégie, tous les partenaires internationaux, qui étaient déjà dans l’ombre, se couvriront de couverture de fer pour ne jamais transparaitre dans une telle opération.

La rédaction

8 vues0 commentaire