Absences aux conseils des ministres : Assimi Goïta tape du poing sur la table


Le président de la transition le colonel Assimi Goïta a invité le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga de veiller à ce que les absences des ministres de son gouvernement lors des conseils de ministres, qu’il juge intolérable, lui soient communiquées à temps afin d’apprécier les motivations. Un ministre a-t-il besoin d’être rappelé à l’ordre ? Qu’est-ce qui justifie ce comportement des hautes autorités ?

En effet, dans une lettre circulaire, le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga rappelle aux ministres que la présence de tous les ministres est obligatoire, sauf un empêchement dûment justifié. Non, ce n’est pas au lycée entre élèves et surveillants, mais bien au niveau du sommet de l’Etat, des ministres qui chôment les conseils des ministres sans raison valable.

Fournir des motifs valables au Premier ministre avant le conseil des ministres, au cas où un ministre doit s’absenter. C’est ce que le président Assimi Goïta demande aux ministres, dont certains brillent par leurs absences sans rendre compte à qui de droit, comme dans un marché. Or, d’après lui, le conseil des ministres constitue l’instance d’impulsion et de surveillance de la politique du gouvernement à travers laquelle sont prises des décisions pour lesquelles une délibération en conseil des ministres est prévue.

A en croire le Premier ministre, le président de la Transition lui a instruit de veiller à ce que les absences des ministres au conseil des ministres lui soient communiquées à temps et que c’est à lui (le Premier ministre) d’en apprécier les motivations et les autorisent, le cas échéant.

«Sauf empêchement dûment justifié, la présence de tous les membres du gouvernement est obligatoire. Pour ce faire, le premier ministre ainsi que le secrétariat général du gouvernement doivent être régulièrement informés des motifs des absences de chaque ministre aux sessions du conseil des ministres, et cela avant la date de la tenue dudit conseil», peut-on lire dans une circulaire du Premier ministre adressée aux ministres depuis le 1er mars, et qui a été rendue publique le mercredi 9 mars dernier.

Pourquoi ces absences non justifiées ? Est-ce une volonté de manquer délibérément du respect au chef de l’Exécutif ou c’est Assimi même qui perd sa crédibilité auprès de ces ministres? En tout cas, dans les coulisses, certaines indiscrétions disent que le torchon brûle entre certains ministres et Choguel.

Affaire à suivre donc!

Moussa Sékou Diaby